Regaining the road

Nous partons donc à sept heures d’écart, à peine. Puis le décalage des temps, de la parole, de la psyché. De nouveau en partance, de nouveau en mouvance. Un autre pas, d’abord plongés au cœur des anonymes, en ces lieux où les reflets se multiplient, les identités se flouent, sous haute surveillance, en même temps qu’effacées, alors qu’au moment où nous devrons franchir les portes d’embarquement, elles seront convoquées dans la division des classes.

Os et cendres à venir, en dissémination, en frayages. À quelques heures de retrouver nos amis à Montpellier, puis pousser jusqu’aux pieds des Pyrénées et métèquer en Catalogne française, insufflés par les tracessanc et or du sacré, du Canigó.