Les absents de tous bouquets

Quels disparus ces fleurs honorent-elles du fond de leur fraicheur? Nous ne nous enquérons pourtant pas des noms gravés au fronton du temple, la force des couleurs et des parfums insinuant un maléfique oubli. Seule nous retient la vigueur de la cellule, les grilles tentant de retenir les esprits en leur éternelle demeure. Or qui sait? Certains, mus par de nouveaux souffles, sont peut-être partis pour un autre voyage, inattendu celui-là. En effet, hors les murs, la transmigration des âmes déplace des frontières inaudibles depuis nos cartographies souvent trop rigides. Mieux vaut ouvrir les vannes de l’Esprit, si l’on souhaite accueillir les dérives, respirer les rhizomes.