Le colisée

L’amphithéâtre d’El Jem (قصر الجم), du nom de cette ville tunisienne autrefois appelée Thysdrus, alors qu’elle faisait partie de la province romaine d’Afrique, fut construit durant le premier tiers du IIIe siècle, sous la dynastie sévérienne, sur un site qui abritait des sépultures de l’époque pré-romaine. Nous sommes là, sur le sol d’une histoire qui n’en finit pas de multiplier ses couches, véritable palimpseste de civilisations.

.Magnifiquement conservé, l’édifice en grès dunaire faisait partie d’un ensemble de trois amphithéâtres. Avant qu’il ne devienne forteresse militaire, la foule pouvait y assister à des combats de gladiateurs, des courses de chars et des jeux de cirque, mais surtout, dit-on, à des exhibitions de bêtes sauvages et à des simulations de chasses aux grands fauves.

.Et voilà qu’après avoir traversé des coursives intérieures, nous foulons enfin le sol de l’arène. Les arcades du mystère ainsi que les gradins de pierre de la cavea s’élèvent et nous supplient de nous souvenir de ces jours anciens où sous terre, dans les cellules et les galeries, bêtes et humains se croisaient dans l’attente du sang. Dans nos fantasmes, la rumeur gronde, appelant de ses bruits la violence des sacrifices. Le théâtre de la cruauté ouvre ses bras tortionnaires à la foule en liesse qui nous habite, horrifiée. Cette époque nous rêva-t-elle en ses miroirs ? Annonça-t-elle le vierge, le vivace et le sombre aujourd’hui?